lundi, 23 octobre 2017

 

La semaine ‘’santé  mère et enfant’’ a été officiellement lancée ce lundi 9 octobre 2017 par la Première dame, Djènè Kaba Condé au centre Bernard Kouchner. Pendant une semaine toutes les structures sanitaires du pays seront  concernées par cette opération qui vise tous les enfants âgés de 0 à 59 mois, les femmes enceintes  et les femmes en âge de procréer

C’est au centre Bernard Kouchner que le coup la semaine ‘’santé  mère et enfant’’ a été officiellement lancée ce lundi 9 octobre 2017 par la Première dame en présence du Ministre de la santé, des partenaires au développement, et de plusieurs cadres du Département en charge de la santé. Madame Djènè Condé, toujours disponible pour toute action visant le bien-être des enfants et de  leurs mères a tenu par sa présence à soutenir la santé maternelle et infantile. Durant toute la semaine  tout un paquet de services  de santé sera offert dans  tous  les centres de santé du pays.  :
Ce sont 5 129 42 enfants de 0 à 23 mois seront vaccinés, 2.042 612 enfants de 6 à 59 mois seront supplémentés en vitamine A et dépistés contre la malnutrition, 1.720.094 enfants de 12 à 59 mois seront déparasités avec le Mebendazole.
338.644 femmes enceintes et 581.996 femmes en âge de procréer seront vaccinées au vaccin antitétanique

Les intervenants, notamment Le Ministre Aboudrame Diallo et la Directrice de la Santé de Conakry ont remercié Madame Djènè Condé pour son engagement au profit de la femme et de l’enfant ; ils ont aussi montré par des statistiques la portée et l’importance de cette semaine

Pour sa part, la Première Dame tout en remerciant tous ceux qui œuvrent dans la santé, a à l’intention des  autorités  administratives: « Je voudrais donc inviter les responsables sanitaires des régions et des préfectures de toutes les communes de notre pays à redoubler d’effort pour mettre en œuvre les autres volets des interventions à hauts impacts, à savoir les activités de routine et le renforcement de la surveillance active à tous les niveaux.

J’exhorte aussi Messieurs les Gouverneurs, les Préfets et sous-préfets, les maires des communes, les ONG locales, les médias nationaux et de proximité, les leaders d’opinions, les associations à caractère sociale, les enseignants, bref toutes les personnes ressources de bonnes volonté à être les ambassadeurs auprès des mères, des familles afin qu’elles fassent de cette activité un droit à la santé pour leurs enfants et un devoir des agents de santé à satisfaire ce droit ».

 

 

 

 

L’humanité a célébré ce mercredi 11 Octobre 2017, la Journée Internationale de la Jeune fille.  En Guinée, ce sont installations de la Bluezone de Kaloum qui ont servi de cadre pour la célébration de cette fête, qui a été présidée par la Première Dame de la République, Hadja Djenè Kaba. Cette journée a été célébrée sous le thème ‘’ ’Autonomisons les filles : avant, pendant et après les crises  ‘’.  Pour exprimer son adhésion au droit de la jeune fille,  le Président Prof Alpha Condé a cédé ses fonctions de président de la République de Guinée et de président en exercice de l’Union africaine à Aïssata Tafsir Camara, qui a dirigé le pays pendant 30 minutes ; ceci en présence de plusieurs membres du gouvernement et des partenaires techniques et financiers de la Guinée.

Des allocutions ont agrémenté la cérémonie, notamment celles de la Ministre Mariam Sylla, de Seraphine Wakana du système des Nations Unies et du Représentant Pays de Plan International

Après avoir reçu ce mémorandum, la Première Dame de la République, Hadja Djené Kaba, a réitéré aussi son engagement à accompagner cette lutte engagée par Plan international, à savoir la lutte pour la promotion de la jeune fille. « C’est pourquoi, consciente de mon engagement à promouvoir et à protéger les droits des femmes et filles, la fondation PROSMI, que j’ai l’honneur de diriger, s’inscrit dans le cadre des plaidoyers pour la mobilisation des ressources  à travers des programmes et projets conformément aux attentes de la campagne mondiale parce que je suis une fille. », a déclaré Hadja Djenè Kaba, Première Dame de la République de Guinée.

 

 L’ONG WAHA International, représentée par le Pr Guirassy Sékou et le Chef de mission Mahamadou Oumarou, a procédé ce jeudi, 12 Octobre 2017 à l’Hôpital National Ignace Deen de Conakry, à la remise officielle de Kits et médicaments essentiellement pédiatrique au Cabinet de la Première Dame de la République, Mme Condé Djenè Kaba, représentant par Karfalla Kaba, Directeur de Cabinet de la Fondation PROSMI qui, à son tour a remis ces produits au Directeur National de l’Hôpital Ignace Deen, Dr Mohamed Awada . Ce geste de WAHA International a pour objectif d’offrir des services de santé complets aux communautés défavorisés et aux personnes les plus vulnérables, notamment les femmes et les enfants.  WAHA International a été créé en 2009 en France sous l’initiative de son Altesse Sheikha Shamsa ; l’organisation intervient aujourd’hui dans plus de 50 pays à travers le monde, notamment en Afrique, en Asie et au Moyen Orient. De nombreux partenaires se sont joints à l’idéal de WAHA International. C’est le cas de la Fondation PROSMI de la Première Dame de la République de Guinée.

En Guinée, depuis 2011, l’ONG WAHA International  n’est pas à son premier geste en faveur des populations guinéennes. Elle avait fait le don d’une cinquantaine  de motos-ambulances pour faciliter  l’accès des femmes enceintes aux centres de santé, contribué à la riposte à Ebola à Beyla, Forécariah, Boké, Kamsar, Kindia, Conakry ; elle a assisté les orphelins d’Ebola ;la fondation a contribué à la mise en place et l’équipement  d’une salle de consultation d’uro-gynécologie au Chu Ignace Deen et à la prise en charge gratuite des centaines de cas de fustule obstétricale  etc.

C’est toujours dans le cadre de ses actions humanitaires que WAHA a offert ce jeudi 12 octobre 2017 des matériels et médicaments au profit des populations guinéennes à travers Ignace Deen, Ce don est constitué de trois (3) palettes de 832 kg contenant six (6) kits et 131 cartons composés de kits et des médicaments essentiellement pédiatriques d’une valeur de trente-sept mille trois cent cinquante-huit mille virgule vingt-sept (37 358, 27) euros hors taxes à titre de don humanitaire,  a indiqué  Pr Guirassy Sékou,  représentant pays de WAHA International en Guinée. Avant de remercier les autorités administratives et sanitaires de la Guinée ainsi que la Fondation PROSMI de la Première Dame de la République et le directeur de l’Hôpital Ignace Deen pour leurs collaborations ayant permis la réussite des actions citées ci- haut.

En recevant ce don de WAHA, le Directeur Exécutif de la Fondation PROSMI, Mr Karfalla Kaba s’est dit très satisfait de WAHA International. Ainsi, au nom de la première Dame de la République, il a remercié le donateur en ces termes : « Encore une fois avec WAHA, Avec WAHA c’est la continuité. C’est pourquoi, au nom de la Première Dame de la République remercié WAHA. Il nous déjà accompagné dans la distribution de motos-ambulances à l’intérieur du pays. Dans la lutte contre Ebola, WAHA était là aussi en octroyant des vivres aux orphelins d’Ebola à travers le pays et aujourd’hui nous sommes encore avec WAHA pour  donner des médicaments à l’hôpital Ignace Deen. Il y a encore des choses à venir. Donc, c’est un partenariat qui date de très longtemps, qui se porte bien et qui, je l’espère va encore continuer au profit de nos populations ».    

 

 

 

 

 

 

Le forum national sur la vaccination qui a duré deux jours s’est achevé le  jeudi 5 octobre 2017 sous la Présidence de Madame Djènè Condé, Première Dame de la République qui à travers sa Fondation mène le combat pour la réduction de la mortalité infantile. En cette occasion la Présidente de la Fondation PROSMI a reçu une distinction pour son engagement pour la vaccination : celle de Championne de la vaccination  

Des experts Guinéens et internationaux, des députés Guinéens et étrangers, des hauts cadres de l’administration territoriale et  du ministère de la santé se sont penchés sur la problématique de la vaccination en Guinée ; car les indicateurs sont inquiétants : seulement un enfant sur quatre reçoit les vaccins requis avant ses un an. Cela est incompréhensible puisque la mère, par négligence, ignorance ou parfois par opposition de la part du mari peut contribuer au décès de son nouveau-né

Après la lecture du rapport du Forum par le député Docteur Cissé dans lequel les obstacles ont été présentés et des pistes de solution proposées, la Première Dame, s’est réjouie du choix porté sur elle en qualité de Championne pour la vaccination en République de Guinée ; pour elle, c’est un devoir d’être le porte-flambeau des défenseurs des droits des enfants à la vaccination. Que soit pour l’allaitement ou la vaccination, Madame Djènè Condé est très impliquée pour l’amélioration des conditions de santé des enfants. Elle a sillonné des marchés et des concessions à Conakry et à Dubreka pour administrer elle-même des vaccins aux enfants

Satisfaite de l’engagement des autorités pour une amélioration des indicateurs et dans le but d’une prise de conscience générale la Première Dame a déclaré ; « Je me réjouis personnellement des engagements que notre gouvernement vient de prendre à travers les ministres qui se sont succédé à ce panel dans un souci évident d’inter sectorialité.  Cela dénote encore une fois que la Vaccination n’est plus une simple question de santé mais  un droit pour TOUS les enfants guinéens.

 Notre Assemblée Nationale vient d’emboiter le pas et je suis persuadé qu’elle fera de la question de la vaccination une des priorités dans le mandat des élus du peuple. A mon tour en tant qu’Epouse du Chef de l’Etat, il est plus qu’un devoir pour moi d’être le porte flambeau des défenseurs des droits des enfants a la vaccination. » Et de conclure « A ce titre et au vu de l’insuffisance du nombre d’enfants vaccinés, je m’engage et je le souhaite avoir l’adhésion de tous afin de mobiliser en faveur de la vaccination ».

Pour Abdourahmane Diallo, ministre de la santé, la Première Dame  a toujours été aux côtés de son Département en ce qui concerne la santé de la femme et de l’enfant :  « C’est pourquoi l’ensemble des participants du forum ont fait d’elle la championne pour la vaccination en République de Guinée », a-t-il dit 

Partie en Chine au 9e sommet des BRICS avec son époux, Madame Djènè Condé, Première Dame de Guinée a mis son séjour à profit aux côtés Peng Liyuan, l’épouse du président chinois et d’épouses de plusieurs autres Chefs d’Etat pour assister à une sensibilisation à l’Université de Xiamen sur le VIH/sida. Cette activité organisée par l’épouse du président chinois Xi Jinping, a pour objectif d’augmenter les connaissances en matière de prévention et de contrôle du VIH/Sida et d’éliminer la discrimination envers les personnes vivant avec le VIH/Sida. 

Le sommet du BRICS a connu cette année la Guinée autant que quatre autres pays comme invitée ; en marge de cette importante rencontre, Madame Peng ambassadrice de bonne volonté de l’Organisation mondiale de la santé pour la tuberculose et le VIH/Sida a convié ses homologues à l’université de Xiamen pour une sensibilisation sur le sida. Cette opération qui vise plus de cinquante universités montre que la Chine tout comme la plupart des pays africains a aussi des problèmes de discrimination avec ses personnes vivant avec le VIH. Mme Peng et ses invités ont visité une exposition sur les efforts de contrôle du VIH/Sida dans les universités et écouté un rapport sur la lutte contre le VIH/Sida.

En Guinée, la Fondation PROSMI de Madame Djènè Condé est fortement impliquée dans la lutte contre le Sida à travers son programme de l’élimination de la Transmission Mère-Enfant du Vih et aussi sa collaboration avec des organismes de lutte et de protection des PVVIH comme DREAM

Mme Peng a indiqué que l’activité aiderait à promouvoir la coopération sur la santé parmi les pays des BRICS et d’autres pays en développement. La Guinée pourrait en tirer profit

.

 

Santé scolaire : Des médicaments en appui aux centres d’examen de Conakry

 

La Fondation de la Première Dame de la République, Mme Condé Djènè Kaba souhaite construire un hôpital  pédiatrique de référence au quartier Keitaya, dans la préfecture de Dubréka. Le vendredi 7 avril dernier la Fondation PROSMI était devant la presse  pour  la présentation des résultats  des études de construction de cet hôpital, qui sera construit sur le site de Keitaya. Cet établissement  hors pair  sera construit sur une superficie de 2,5 hectares à hauteur de soixante-onze milliards cinq cent treize millions sept cent quatorze mille quarante francs guinéens (71 513 714 040 00 GNF).  

Le Directeur Exécutif de la Fondation PROSMI, prenant la parole lors de cette présentation,  Kerfala Kaba a indiqué que cette présentation des résultats des études  est la première phase de l’exécution de ce projet. « Et la deuxième phase consistera à trouver les moyens (argent). Et pour arriver à la construction de cet hôpital, la fondation lance un appel à toutes les bonnes volontés de venir en aide pour réaliser cet édifice », a expliqué monsieur Kaba.

Avant de rappeler que, c’est après plusieurs sollicitations de la fondation de la Première Dame par des compatriotes, que l’idée de la réalisation d’un centre pédiatrique est née. « Quand nous avons commencé à évacuer les enfants vers l’étranger, nous avons décidé de construire un hôpital de référence. On était un peu réticent, parce qu’on pensait que ce projet était colosse. Mais, nous avons compris que ça coûte extrêmement cher d’évacuer les enfants vers l’étranger. On s’est dit alors pourquoi ne pas construire un centre sur place, un hôpital pour garder les enfants sur place et accroître les capacités opérationnelles de nos médecins ? », a précisé Mr Kaba 

De son côté, le Directeur Financier de la Fondation PROSMI, Yaya Keita, lui, a rappelé que « le 08 mai 2016, un dîner gala a été organisé à l’hôtel Palm Camayenne, qui a permis à la Fondation de moissonner plus d’un milliard de francs guinéens. C’est à partir de ce fonds que, nous avons démarré les études de faisabilité de cet édifice » ;  Mr Kéita, de préciser   qu’il y a « un gap financier de plus de 71 milliards de francs guinéens qu’il faut recouvrer pour la réalisation du projet. Quant à l’étude de faisabilité, le fonds nécessaire a été obtenu ».

 

A préciser que, ce projet de construction d’un hôpital pédiatrique de référence en République de Guinée, prévoit entre-autres 78 lits pour les malades, un village pour les parents des patients, une urgence, des locaux techniques, une imagerie, une salle de réanimation, une morgue, des espaces de sports et bien d’autres choses nécessaires pour un hôpital moderne.

 

 

 

Dès son accession à la magistrature suprême en fin 2010, l’une des premières mesures prises par Alpha Condé a été la facilité à l’accès aux consultations médicales et la gratuité de certains soins tels que l’accouchement et la césarienne. A partir de 2011,  grâce aux efforts conjugués  du Gouvernement, des partenaires et l’implication de la Fondation PROSMI, plusieurs édifices sanitaires ont été construits ou réhabilités. Ajouté à cela le déploiement du personnel particulièrement à l’intérieur du pays est devenu effectif ; ce qui fait qu’aujourd’hui notre pays a réalisé des performances dans le domaine de la santé surtout dans celle maternelle et infantile où les taux de mortalité  ont visiblement baissé

 

L’Institut National de la Statistique en collaboration avec  l’Institut National de Santé Publique et le Programme National de lutte contre le Paludisme a collecté courant 2016, dans le cadre du programme mondial des enquêtes, des données sur la situation sanitaires en Guinée ; parmi elles, celles concernant les femmes et les enfants car notre pays détient l’un des taux les plus élevés de mortalité et infantile de la sous-région.

 L’objectif était de fournir des informations récentes et fiables  pour évaluer la situation des enfants et des femmes en Guinée ; au vu des données récoltées, l’espoir est permis pour « que de moins en moins de femmes meurent en donnant la vie et plus d’enfant ne meurt à la naissance ».  

En 2005, les taux de mortalité maternelle pour cent mille naissances et infantile pour mille naissances étaient respectivement de 980 et 67 ; la couverture vaccinale pour les enfants d’au plus 5 ans était faible  Ajouter à ceux-ci les centres de santé et les postes de santé étaient non seulement en nombre réduit mais le peu qui était en place se caractérisait par  l’insuffisance du personnel soignant. 

L’avènement de la troisième République a apporté un ouf de soulagement au secteur médical ; dès sa prise de fonction le Président Alpha Condé a instauré la gratuité de la césarienne, l’accouchement et la réduction des frais de dépenses pour la consultation prénatale ; les  campagnes nationales de vaccination se sont multipliées et aujourd’hui tout le territoire est couvert à chaque tournée des agents vaccinateurs. La confiance instaurée entre les populations et les services de santé a eu pour corolaire la réduction drastique  des mortalités maternelles et infantiles qui sont selon les dernières statistiques de  550 et 44(Voir tableau et graphiques  ci-dessous)

De son côté par leurs implications dans l’amélioration des conditions de santé des femmes et des enfants en particulier, Mme Djènè Condé et la Fondation PROSMI ont été d’un appui inestimable pour l’obtention de ces résultats. Par des dons de groupes électrogènes, de matériels  médicaux, d’équipements, par son apport d’outillages hygiéniques et surtout par la construction de centres de santé  PROSMI  participe à la promotion de la santé maternelle et infantile

 

N’fa Cissé

 Mortalité des enfants de moins de 5 ans

 Quotients de mortalité des enfants de moins de 5 ans pour mille

 

 

 

 

Le samedi 18 mars à Dixinn-Terrasse, la  Première Dame de Guinée et Présidente de la fondation PROSMI a présidé la cérémonie de remise de dons aux femmes qui se sont illustrées dans la fréquentation des centres de santé pour leur consultation prénatale ; Heath Communication capacity collaborate (HC3) et son partenaire Mutuelle de Santé  ont organisé cette activité dans le but d’inciter les femmes à se faire consulter dès le début de leur grossesse jusqu’à l’accouchement et continuer à envoyer les nouveau-nés dans les structures sanitaires pour la vaccination.  

Malgré, la fin de l’épidémie Ebola dans notre pays, le taux de fréquentation des centres de santé reste moyen ; le retour des populations vers les structures sanitaires se fait au compte-goutte. Raison suffisante pour la Première Dame et sa Fondation pour s’associer à HC3 et Mutuelle de Santé pour cette communication visant au rapprochement des masses des structures sanitaires. Hadja Djènè Condé était à cette occasion accompagnée des épouses du Président de l’Assemblée Nationale, celle du Premier Ministre et de membres du Gouvernement, pour  donner plus d’impulsion à l’évènement car la santé de la femme et celle de l’enfant étant primordiales. Des prestations artistiques, des sketchs incitant les femmes à aller et à envoyer leurs dans les hôpitaux pour consultation et des acrobates ont égayé l’assistance 

Dans son allocution, le Directeur pays de HC3 Guinée, Soufiana Kaba, a fait savoir que cette cérémonie entre dans le cadre la fête internationale de la femme : « HC3 est en partenariat avec plusieurs ONG locales dont la Mutuelle de santé de Dixinn. Cette dernière a prévu dans son plan d’action d’organiser des activités communautaires. Ils ont voulu  la lier à la fête internationale de la femme. Puisqu’il s’agit de mettre en relief la femme, nous nous sommes dit que ce sera l’occasion aussi pour nous de récompenser de façon publique les femmes qui font leurs meilleures pratiques familiales. » 

Après la Directrice pays USAID, Barbara Dickerson, qui a plaidé pour la paix et la protection des droits des femmes et des filles, la première dame s’est dite très heureuse d’avoir été associée à HC3 et à des ONG, mutuelles de santé de Conakry impliquées dans la sensibilisation des mamans pour la promotion des comportements à haut impact et l’utilisation des services de santé maternelle et infantile dans la ville de Conakry, et a remercié : «  Merci à USAID et au projet HC3 pour l’appui aux deux pourvoyeurs de la santé qui sont les structures sanitaires et les populations qu’elles desservent »

La Présidente de la Fondation PROSMI en a profité pour sensibiliser et inciter sur  le retour vers les centres de santé, car la désertion a eu des répercussions : « Comme conséquence, on note la résurgence de certaines maladies du Programme Elargie de Vaccination telle que la polio, la rougeole et la fièvre jaune. Il en est de même du nombre élevé des femmes qui fréquentent moins les services de consultation prénatale et préfèrent accoucher à la maison, se privant des soins de qualité offerts dans les structures sanitaires. Il est temps que les mamans se ressaisissent et s’engagent dans les activités de promotion de la santé de la mère et de l’enfant. Il est inadmissible  que nos mamans meurent en donnant la vie pour la simple raison que la grossesse n’a pas été suivi. »

N’fa CISSE

 

 

 

Ce mercredi 15 mars 2017, les patients du Centre Médico-Communal ‘’Les Flamboyants’’  venus pour  se faire opérer des yeux,  ont reçu la visite de la Présidente de la Fondation PROSMI organisatrice avec équatorial coca-cola bottling company et en collaboration avec la fondation BARRAQUER , de l’opération chirurgicale de la cataracte oculaire de plus de 300 patients. Au cours de cette visite, Mme Djènè Condé a tenu à remercier les membres de l’ONG BARRAQUER, venus de la Catalogne, en Espagne pour cette mission humanitaire  qui permettra à des centaines de nos compatriotes de recouvrer ou d’améliorer leur vue

Arrivés dans la soirée du samedi 11 mars,  les membres de la Fondation Barraquer sont à Conakry pour opérer plus de 300 patients afin de participer à la lutte pour l’éradication de la cataracte dans notre pays. Créée en 2003 par le Professeur Joaquín Barraquer, et ses enfants Elena et Rafael, pour dispenser des traitements ophtalmologiques, en particulier en Afrique, aux personnes dans le besoin ; elle a déjà officié au Sénégal et à ce jour Barraquer peut se targuer de 12 218 chirurgies menées, plus de 50 000 consultations médicales fournies et environ 100 000 paires de lunettes offertes.

 « Laissez vos yeux s’amuser », tel est le slogan de l’opération de la cataracte qui se déroule au CMC ‘’Les flamboyants’’ depuis le 13 mars dernier ; à travers ce projet PROSMI et BONAGU veulent contribuer à améliorer la santé visuelle des populations Guinéennes. C’est dans une ambiance bonne enfant empreinte de reconnaissance que les malades présents ont accueilli Mme Diènè Condé ; celle-ci accompagnée par Jean Ntambwe Directeur Général de la BONAGUI, DR Fatoumata Binta Diallo et les autorités du Quartier de Simbaya s’est rendue  successivement dans les salles de consultation ophtalmologique, d’anesthésie,  d’interventions et d’observations. Elle en a profité  pour remercier et féliciter BARRAQUER pour cet acte humanitaire significatif ; la Première Dame a offert des présents aux hôtes Espagnols

Au terme de sa visite la Présidente de la Fondation PROSMI, tout en remerciant BARRAQUER et Coca cola pour leur rôle dans la réussite de cette  opération, a émis le souhait de voir de telles actions se répéter surtout dans les zones où le problème de vue des populations se posent avec acuité

 

N’FA CISSE

 

BROCHURE PROSMI

Humanitaire : Rencontre Première Dame et une délégation...

  Ce mardi 3 octobre 2017 Madame Djènè Condé, Première Dame de la République...

Santé : Des Médecins  Iraniens répondent à l’appel de la Première Dame

Santé : Des Médecins Iraniens répondent à...

  Arrivés à Conakry dans l’après midi du 18 juin 2017, une équipe...

Humanitaire: Visite aux malades

Humanitaire: Visite aux malades

La Première Dame de la République de Guinée, Présidente de la Fondation...

Humanitaire: Consutations et soins médicaux gratuits

Humanitaire: Consutations et soins médicaux gratuits

La mission de Médecins sans frontière iranien, en partenariat avec la Fondation...

Ils nous font confiance

Gouvernement Guinéen   Ambassade des Etats-Unis   Système des Nations Unies   Village SOS   There is No Limit Foundation   PSI Guinée  Programme Alimentaire Mondial  Plan Guinée   Fondation Coca Cola   Fondation KPC pour l'humanitaire   Comité National de Lutte contre le SIDA  Organisation de Première Dame d'Afrique contre le VIH/SIDA   Pharmacie Centrale de Guinée